top of page

Extraordinary Park chapitre 2

Dernière mise à jour : 1 mars 2021

voici le deuxième chapitre de mon livre. Bonne lecture!




Chapitre 2

secrets

Lundi 11 novembre 2097

Arrivé à la maison, j’annonçais la nouvelle à mes parents. Ma mère était plutôt enthousiaste, et paraissait même envieuse. Mon père, en revanche, ne semblait pas s’en réjouir, je le voyais dans son sourire forcé. D’habitude, il arrivait extrêmement bien à mentir, même dans des situations extrêmes. Il devait être grandement choqué pour laisser ainsi paraitre son désarroi. Après le diner, j’entrais dans la chambre et allumais le micro miniature que j’avais reçu dans un kit d’espionnage quand j’avais 9 ans. J’avais installé l’autre dans la chambre de mes parents. L’attitude de mon père m’avais surpris, et j’étais bien décidé à savoir ce qui l’avait perturbé a ce point. Je dus attendre 5 bonnes minutes avant que lui et ma mère entrent dans leur chambre. J’entendis le bruit d’un tiroir qu’on ouvrait. Mon père prit la parole :

  • Je sais ce que tu va me dire, mais je n’ai pas le choix.

  • Je comprend, lui répondit ma mère. Mais tu ne penses pas qu’il faudrait d’abord lui demander ce qu’il en pense?

  • Tu as raison. En revanche, on ne peut pas l’invoquer ici.

  • Sortons, alors.

  • Ok…

Je cachais mon micro et ouvris un livre à une page au hasard. Juste à temps! La porte de ma chambre s’ouvris sur ma mère.

  • On sort, ton père et moi. Tu pourrais donner à manger à Mignon et compagnie s’il te plait?

Mignon était mon hamster.

  • Bien sur!

  • Merci beaucoup. A plus tard!

Elle sortit. Je décidais de les suivre. Je m’habillais, et, après avoir donné à manger à Mignon, Gaspard, Cat-woman et Atilla, je sortais. Je fis bien attention à ne pas me faire remarquer lorsque je les suivais. Ils s’arrêtèrent dans un café que je connaissais bien : « le café des otakus ».

C’était un café auquel mon père m’emmenais souvent. Il y trouvait son amis Sirius. Je l’adore, il est super sympa. Il ne perd jamais une seconde pour me faire faire des concours étoiles. Les concours étoiles sont des concours que l’on peut passer quand on veux tout au long de sa vie. Ils sont portés sur toutes sortes de sujets, des math aux jeux vidéos en passant par le sport ou le ménage. Chaque concours apporte un certain nombre de points, et ces points peuvent avoir une influence sur toute notre vie. Les meilleures écoles, par exemple, ne sont réservées qu’aux personnes ayant un certains nombre de point. Mon père interpella Sirius.

  • Tien, salut Opal, salut Akané. Qu’est-ce que vous faites de beaux?

  • Salut Sirius, répondit mon père. On aimerait utiliser le jardin des Z. Ce serait possible?

Ce nom m’était inconnu. Il n’y avait qu’un jardin près d’ici, et il était situé derrière une porte du café ou il y avait écrit « réservé au personnel ».

  • Bien sur! Pour quoi faire?

  • On voudrait invoquer qui tu sais…

  • Cool! Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu. Suivez moi.

  • D’accord.

Ils rentrèrent dans le « jardin des Z », comme ils l’appelaient.

Heureusement pour moi, je connaissais un chemin pour arriver dans cette salle sans être vu. Je contournais le café et escaladais une gouttière. Je courais ensuite pour arriver jusqu’au jardin. Une fois arrivé a un endroit d’où je pourrais tout voir, je m’accroupissais, je regardais et écoutais :

  • C’est parti, dit mon père.

Il brandit le joyaux qu’il portait tout le temps autour du coup.

Sirius, mon père et ma mère récitèrent alors ensemble un texte dans une langue qui m’était inconnue. Le joyaux se mit alors à briller d’un éclat bleu. Des particules brillantes s’élevèrent dans le ciel. « Magnifique », pensais-je. Tout à coup, dans un éclat de lumière aveuglant, apparut un homme. Il était de grande taille et avait une carrure peu imposante. Cependant, ses bras nus dépassant de son tee-shirt à manche courte laissaient penser qu’il était tout de même très musclé. Sa tenue, d’ailleurs, était plutôt atypique. Elle me faisais plus penser à celle d’un empereur japonais qu’à celle d’un banal citoyen.

  • Bienvenue, général MaxWell, dit mon père d’un ton solennel.

  • Quand vas tu arrêter avec ça, interrogea l’homme. Nous sommes toujours amis, n’est-ce pas?

  • J’arrêterais quand vous serez devenu roi. Et, après ça, je vous appellerais « sa majesté MaxWell ».

Mon père éclata de rire.

  • Je rigole, bien sur! Comment ça va, depuis le temps?

  • Comme-ci comme-ça. L’homme-loup, la femme-araignée et le garçon-requin…tu ne trouves pas que vous faites un drôle de trio?

  • Toi aussi, arrête avec ces surnoms. Comment va Drago?

  • Oh, heureusement que tu m’en parle, j’allais oublier…il s’est fait faire son propre joyaux! J’en ai justement apporté un. Il a voulu l’incruster dans une montre dorée avec un dragon noir dessiné dessus et le résultat est plutôt pas mal. Je vous montre…

Il sortit de sa poche une montre dorée. Elle était très belle. Un joyaux était effectivement incrusté à l’intérieur. Mis à part le dragon, les dessins étaient extraordinaires, de même pour les très nombreux détails. Les nombres étaient écris en chiffres romains, ce qui ne rendaient que plus spectaculaires la chose.

- Super, dit mon père. Comme ça, on pourra le voir quand on veut! Tu as aussi la prière, n’est-ce pas?

- Bien sur! J’ai aussi la carte que tu demandes à chaque fois.

Il sortit une feuille de sa poche. Dessus était écris des idéogrammes que je n’avais encore jamais vu. Il extirpa ensuite de sa poche une carte qui avais à peu près la même taille que les cartes Pokémon que mon grand père garde précieusement. Elles coutent aujourd’hui plus de 1000 euros! Sur cette carte était dessiné un garçon d’à peu près mon âge. Ou peut être un peu plus grand, d’ailleurs. Je n’arrivais pas à trancher. En dessous du dessin était écris un texte, mais la carte était trop loin pour que je puisse lire quoi que ce sois dessus.

  • Merci beaucoup!

Ma mère intervint :

  • Opal, tu n’avais pas quelque chose à lui demander?

  • Ah oui, c’est vrai! Max, tu penses que ce serais une bonne idée de donner ton joyaux à mon fils? Il part avec son école dans le parc dont je t’ai parlé, et j’ai peur qu’il lui arrive quelque chose…

Sur le moment, je n’eut aucune idée de ce dont il parlait. Extraordinary Park, un endroit dangereux? C’était insensé…

  • Hmm…je ne suis pas sur…il risquerait de le perdre, et là, si quelqu’un le trouve, les conséquences seront désastreuses…

  • Depuis que je le connais, il n’a jamais rien perdu. Et ça ne risque pas de changer!

  • Si tu le pense vraiment, je ne vois pas d’autres arguments contre. Donne lui donc le joyaux.

  • Tu crois qu’il faudrait lui donner le tien ou celui de Drago?

  • Celui de Drago fait un peu trop luxueux. Cela attirera les esprits malveillants. Il faudrais mieux lui donner le mien.

  • Tu as raison. Va pour le tien! Je devrais rentrer maintenant. Il ne faudrait pas que mon fils se pose des questions!

Il est un peu tard pour ça, rigolais-je intérieurement. Il était temps de retourner chez moi au pas de course. Je courrais, descendis la gouttière et piquait le plus grand sprint de ma vie. J’arrivais chez moi bien avant mes parents. Comme il me restait encore beaucoup de temps avant de me coucher, je fis un concours étoile et m’installais devant ma console de jeu vidéo « Genesis 2929 nouvelle génération » juste après avoir fini. J’attendis au moins 30 minutes avant que mes parents rentrent, beaucoup plus de temps que ce que j’aurais cru.


101 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2 Post
bottom of page